À boire et à penser

Le concept ? Un débat critique et collectif avec des intervenants de qualité qui joint l’utile à l’agréable, c’est à dire la discussion et la boisson, et inversement.

Événement de réflexion et de débat, il consiste à mettre en discussion des controverses et des idées qui animent les démarches menées par les associations socio-culturelles bruxelloises, en compagnie d’intervenants de terrain, d’experts, d’académiques et de militants.

En général, les séances d’ « À boire et à penser » s’articulent autour de thématiques proches de celles travaillées dans nos publications.

Il s’agit en particulier de poser une question qui permette de :

  • Organiser un espace de réflexion en partenariat avec les opérateurs et chercheurs qui travaillent sur la thématique abordée et donner les clés de compréhension nécessaire aux participants pour appréhender une problématique qui les concerne particulièrement.
  • Permettre d’amorcer un débat et une réflexion collective et horizontale (grâce à un dispositif favorisant la participation) autour de cette question.
  • Mettre en discussion des controverses et des idées qui animent les démarches menées par les associations socio-culturelles bruxelloises, en permettant de prendre le temps de remettre en question des postulats qui fondent leurs actions.
Mémoire collective et patrimoine sont des notions qui sont loin d’être neutres. Elles sont, en effet, le support de problématiques sociétales clivantes. Dans leur tension avec la construction des identités majoritaires et minoritaires, et dans le rôle prépondérant qu’elles prennent dans la transmission des balises historiques significatives, elles doivent être saisies dans leur impact sociétal. Quel lien ont-elles avec la gentrification des quartiers populaires ? Avec l’histoire coloniale ou avec l’histoire de l’immigration ? Cette analyse propose, à ce titre, d’analyser la construction de la mémoire collective et du patrimoine comme celle de la possibilité d’une culture commune et collective.

Extrait de l’Analyse: La mémoire collective émancipée : se soustraire à la souveraineté du patrimoine, par Nicolas Marion.

 

 

    Copyright 2017 Ⓒ ARC Action et Recherche Culturelles - Tous droits réservés