Initiation au monde de l’informatique et d’internet

Ces formations d’éducation informelle réalisées à Bruxelles et à Liège se distinguent des formations en bureautique par le fait qu’elles s’articulent sur les vraies difficultés techniques et stratégiques des participants telles qu’ils les expriment en début de formation. En effet, si de nombreuses personnes ont accès aux TIC, il demeure une grande disparité entre les usages que les participants savent en faire. On parle alors d’inégalité numérique plus que de fracture. Cette démarche nécessite de permettre aux participants de se familiariser à un nouvel environnement, à un nouveau jargon et à des procédures d’utilisation de base, avant de passer à une utilisation aisée. Ceci représente un frein pour beaucoup de personnes, notamment parmi les publics âgés, les personnes sous-qualifiées ou en difficulté économique.
Nos ateliers numériques tentent d’apporter une réponse à chacune des multiples inégalités numériques, en proposant des ateliers mixtes, mêlant cours informatique et éducation permanente (nous ne valorisons que les heures d’éducation permanente dans ces formations), qui s’orientent plus spécifiquement vers certains publics-cibles : les seniors, les femmes seules ou issues de l’immigration et les personnes peu diplômées. Les activités d’éducation permanente, à la différence de cours informatiques, ont pour but de :
• Favoriser une prise de conscience de notre consommation des technologiques de l’information et de la communication (TIC) et du marché de l’informatique en interrogeant l’histoire, la culture et les enjeux du numérique ainsi qu’en sensibilisant les participants à la raison d’être des logiciels libres et à leurs usages au quotidien.
• Permettre aux participants de dépasser leurs appréhensions et les obstacles pratiques auxquels ils sont confrontés, en les amenant à construire des compétences techniques, informationnelles et stratégiques adaptées à leurs besoins.
• Développer des outils d’analyse critique et de choix permettant à chacun d’exercer ses droits sociaux et culturels et de penser les mécanismes de l’exclusion sociale sous-tendue dans la fracture numérique.
• Découvrir des logiciels et sites internet qui véhiculent des valeurs d’égalité, de liberté et de solidarité (libre, participatif, commons etc.) et pouvoir s’engager dans un usage citoyen du numérique.

    Copyright 2017 Ⓒ ARC Action et Recherche Culturelles - Tous droits réservés